Poteaux récents

Matières

Archives

19
OCT.

La prohibition de pâtisserie

Classé dessous : Santé sexuelle à 9:22 AM | Par : Susan Coyle, rédacteur aîné
Gâteau de morceau de chocolatDans les années 20, le gouvernement a proscrit l'alcool. Nous sommes devenus une sorte sèche de nation… de. L'interdiction a provoqué des centaines de bars clandestins, magasins de secrets et alcool illégal grossier. Personne ne buvait l'en public, mais personne n'avaient cessé de boire l'un ou l'autre. Et les sips intermédiaires, les citoyens « sans alcool » faisaient le gouvernement savoir qu'ils n'étaient pas heureux. Aujourd'hui nous faisons face à un semblable proscrivons, une proscription sur la nourriture. Au cours du passé plusieurs années, écoles, vieillards et établissements semblables ont commencé à interdire des graisses, des sucres et des calories vides.  La réaction ? Bien, il est les petites années 20 réminiscentes.

Quand les prohibitions commencées, le public les ont acceptés en bonne foi. Aucunes arachides ? Ok. Sucrerie limitée dans les sacs de sucrerie ? Pas un problème. Aucune soude…. Bien, les parents étaient derrière lui. Les enfants, d'une part, ont répondu dans le modèle de bar clandestin, vendant les substances sucrées de leurs casiers, beaucoup à l'horreur des adultes.  Mais quand la nourriture-police a essayé d'emporter des gâteaux, les enfants ont obtenu un allié puissant : leurs parents. Les mères et les pères outragés ne pourraient pas comprendre le déplacement d'un festin classique d'anniversaire. Ils ont menacé les procès (qui ne se sont pas produits) et ranted par des réunions de PTA. À quelle distance est-ce que c'aller était aller ?  Apparemment, jusque des beignets. Le comté de Putnam de New York a interdit des beignets et des marchandises cuites au four données semblables à ses centres aînés. Dans la réponse, les seniors ont formé des piquets de grève, accomplissent des signes que proclamé « ils sont des glucides, pas contrebande. » Les personnes âgées outragées ont exigé le retour de leurs bonbons, dégoûté avec la restriction.  En date d'encore, les révoltes n'ont fait rien davantage que produisent des médias et des questions. Qui est exact ? Les interdictions sont-elles bonnes ou mauvaises ?

Les réponses dépendraient de qui vous demandez et probablement quelle situation vous examinez. Dans le cas des seniors, il y a la matière du respect. Ils sont, après tout, des adultes. Ne devrions-nous pas les donner que certains disent dans ce qu'ils mangent ? Mais, le cas des enfants n'est pas comme défini. Ils sont des enfants. Ils ont besoin de quelques conseils. Le problème est quand sont ces conseils allant trop loin ? Quand est-ce qu'il n'empêche plus l'obésité mais crée plutôt des habitudes nuisibles de nourriture ? En proscrivant des nourritures, traçons-nous une ligne entre de bonnes et gâtées nourritures, une ligne qui est souvent trouvée dans des désordres de manger ? Ou sommes-nous, par la privation simple, faisant la contrebande plus attirant ? Les enfants se gorgent-ils maintenant chaque fois qu'un bonbon est offert, parce qu'ils ne savent pas quand ils après un apparaîtront ? Toute la ceci doit être considérée dans le déplacement des festins. Nous ne pouvons pas faire nos enfants malsain hantés avec leurs corps, restrictions et indulgences. Nous ne pouvons pas aveuglément éliminer des nourritures au nom de la nutrition. S'il va être fait, il doit être fait correctement. Il est jusqu'à nous - il appartient aux bannières pour figurer dehors comment.


Laissez une réponse

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software